vendredi 8 avril 2016

Lihappiness, orfèvre d'une électro inventive et moderne

Autant vous prévenir tout de suite : Lihappiness n'est pas distribué via une maison de disques. Vous ne trouverez pas ses albums, ni à la Fnac ni sur HMV Japon ni sur iTunes. Par contre, et c'est le miracle de l'Internet, vous pourrez vous les procurer pour un prix modeste sur Bandcamp, ou Lihappiness les propose en téléchargement, et aussi les écouter gratuitement.
Donc n'ayez aucune raison de vous en priver, le gars qui se trouve derrière ne compte pas vivre de la vente de ses disques : tout ce qu'il veut, c'est qu'on écoute sa musique. Alors parlez-en autour de vous, partagez ce billet ou ses albums, faites un geste quoi, remuez-vous !

Résumons : Lihappiness est donc le projet d'un seul homme, un Japonais qui cultive le mystère car vous ne connaîtrez ni son nom ni son visage. Il a sorti depuis quelques années trois albums très novateurs d'une électro expérimentale euphorisante, brillante, intelligente, tantôt destroy ou angoissée, tantôt sereine et lumineuse. Difficile de décrire ces albums, tant les morceaux partent dans toutes les directions, sans toutefois délaisser un style bien à eux. On restera sur les deux derniers "2nd Pattern" en 2014 et "Shiyo" en 2015, après un premier essai encore trop brouillon en 2011 malgré de bons moments (Shiko Kairo).


Ses influences sont manifestement très larges, tant dans les genres que dans les époques, et le garçon les a digérées avec talent, mixant tout cela dans un grand shaker pour en ressortir un mélange unique bien à lui : on pense à Leather Strip et d'autres groupes industriels "durs" quand il accentue la rythmique martiale (Fun Fun Fun, Tetto, Sanka Beat), à Simple Minds (ceux des origines) quand il est d'humeur planante (Toko), aux expériences d'Orchestral Manoeuvres In The Dark, à Aphex Twin, aux Polysics, au Yellow Magic Orchestra, à Kraftwerk, à tout groupe ayant un jour ou l'autre tâté du synthé avec talent... Il y a aussi là-dedans, très probablement, des choses qui nous échappent un peu à nous autres européens, des influences typiquement japonaises, inconnues dans nos contrées (c'est le seul pays où les mélanges des genres vont aussi loin), parfois même un petit côté jazzy ou soul comme les choeurs et les cuivres du génial Coba ou le très allumé 67046.

Ecouter Lihappiness, c'est la garantie de vous remettre instantanément de bonne humeur. Il y a dans sa musique, malgré un côté mélancolique évident, un sentiment de plénitude et de joie (Yurameite Iku, Mada) qui se dégage et vous emporte, bref c'est un vrai bonheur à écouter !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ce blog est modéré, uniquement pour éviter le spam, alors allez-y, exprimez-vous (mais gentiment sinon vous allez le regretter)