dimanche 10 avril 2016

The Walking Dead saison 6

Et voilà, la sixième saison est terminée, laissant des hordes de fans transis se jeter sur la deuxième saison de Fear The Walking Dead, le "semi-préquel" de The Walking Dead.

Avec cette sixième saison, on prend conscience que plus rien ne risque d'arrêter la série, il y en aura probablement, 7, 8, 10, peut-être qu'on ira jusqu'à 15 ou 20, va savoir ! Le comic dont la série est adaptée n'est toujours pas fini lui non plus et il est déjà bien en avance sur elle, donc tous les espoirs sont permis.

le trailer de la saison 6 
(juillet 2015, houla que ça semble loin)


Alors que dire sur cette saison 6 ? Un grand cru, les saisons se sont bonifiées au fur et à mesure de leur déroulement, et celle-ci ne faillit pas à la règle. toujours à mi-chemin entre adaptation fidèle du comic, au mot près, et liberté totale mais inspirée de celui-ci, elle a trouvé son rythme de croisière.

Après toutes ces années passées à errer de refuge en refuge, la petite troupe de survivants, qui perd régulièrement un ou deux héros par saison, sans pitié pour le spectateur, s'est stabilisée. Ils ont retrouvé un semblant de vie citoyenne, ils sont organisés, protégés des zombies et des méchants, mais voilà, ils avaient tout affronté sauf de très très méchants beaucoup plus forts qu'eux.

Quand on a lu le comic, on sait de qui il s'agit : Negan. L'ignoble et terrifiant Negan. Les zombies, eux, hormis au début de la saison lorsqu'ils sont entassés par milliers dans une carrière en cul-de-sac, sont quasiment invisibles. Ils se font trucider en 3 secondes par des humains organisés qui n'ont presque plus peur d'eux, ils sont devenus une toile de fond, des empêcheurs de tourner en rond mais rien de plus, ils ne sont plus un danger mortel. Ce sont maintenant les humains qui sont dangereux, et c'est ça qui est très bien fait : les querelles de pouvoir, les egos qui se manifestent, les rôles de chacun, leurs relations, individuelles ou communautaires.
Rick est toujours au centre, il est devenu dur et sûr de lui, mais il reste faillible, et tout tourne autour de ses décisions, appliquées avec foi ou à reculons.

Les scénaristes ont su ménager le suspense : Negan est attendu depuis le premier épisode, il n'arrive qu'au dernier, mais ont voit apparaître régulièrement ses hommes (et ses femmes !), qui se prennent constamment des ratatouilles... sans doute pour nous tenir en haleine : on sait ce que Negan va faire si on a lu le comic, et si on ne l'a pas lu, on s'en doute dès le départ. Le malaise plane, et toute cette saison est basée là-dessus : une grande ombre envahit le ciel, on se doute que tout va très mal finir.

L'ultime épisode le confirme : il va y avoir un drame hé-naur-me. Un site web a même dévoilé ce qui s'est passé, arguant que la série ne suit pas toujours le comic (et c'est vrai, j'avais même oublié qu'un personnage-clé était tué dans le comic mais pas dans la série, ils en ont mis un secondaire à la place - d'ailleurs vous verrez, ça laisse abasourdi), et que donc on pouvait l'annoncer puisqu'on n'était pas sûr que ça allait être pareil dans la saison 7.
Ben voyons. Mais pas de doute là-dessus : si rien n'est VRAIMENT dévoilé, difficile de croire qu'ils vont dévier l'histoire à ce point-là.

En conclusion, tremblez mortels, si vous n'avez pas encore vu la saison 6 vous pouvez y aller avec délectation. Si vous n'avez vu aucune saison vous pouvez y aller aussi, en sachant que vous ne verrez pas là une simple histoire de zombies, mais toute une analyse des rapports humains et de la société. Et si vous n'avez pas non plus lu le comic, les deux ne sont pas incompatibles, chacun mettant en avant des aspects qui lui sont particuliers !
Allez, une (toute petite) critique pour moi néanmoins : le Negan de la série m'a un peu déçu, l'acteur choisi étant moins effrayant que le colosse sadique imaginé sous le crayon.

N'empêche. Vivement la saison 7.

Negan, mais vous ne le verrez qu'à la toute fin...
(et cette image, spoil ou pas spoil ?)

2 commentaires:

  1. pas lu du tout le comic, mais visiblement peu importe, car effectivement le risque de toujours chercher la comparaison existe, et c'est toujours au détriment de son attachement à ce qu'il se passe sur l'écran ou la page. J'ai quand même été un poil déçu par l'"affaire Glenn", la façon de ne pas le faire mourir était à mon sens un peu tirée par les poils des zombies... Mais j'ai confiance en Negan pour devenir vraiment méchant pendant la prochaine saison, en ayant le sentiment que son côté presque "pas méchant" cache une psychopathie bien carabinée ! En revanche, les aller-retour de Carol et le rôle ambigu de Morgan commencent un peu à me lasser, à dire vrai...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il y a toujours quelques moments plus faibles (comme dans toutes les saisons d'ailleurs) mais ceux qui sont de qualité les éclipsent largement je trouve.

      Supprimer

Ce blog est modéré, uniquement pour éviter le spam, alors allez-y, exprimez-vous (mais gentiment sinon vous allez le regretter)